Saut d’index pour les travailleurs et bonus illimités pour les grands patrons!

  • -

Pour la majorité MR/N-VA c’est un saut d’index pour tous les travailleurs mais des bonus illimités pour les patrons d’entreprises cotées en bourse.

C’est ce mardi 28 avril que le Groupe PS présentait en Commission sa proposition visant à limiter les bonus octroyés aux dirigeants des entreprises cotées en bourse. La discussion revêtait une symbolique importante dans le contexte actuel, à peine quelques jours après le vote du saut d’index par la majorité MR-N-VA qui amputera de manière importante le pouvoir d’achat de la majorité des Belges.

Pour Ahmed Laaouej, premier signataire de la proposition, mettre un frein aux salaires des top managers était indispensable : « malgré une crise économique et financière dont les effets se font encore durement ressentir, beaucoup de patrons de grandes entreprises s’octroient d’énormes bonus en plus de leur salaire fixe déjà plus que confortable. Aucune réalité économique ne peut justifier de telles rémunérations et, au vu des difficultés rencontrées par une grande partie de la population, de tels excès sont proprement indécents. »

La rémunération des top managers revient en effet à intervalles réguliers sur le devant de la scène, démontrant à quel point elle est parfois déconnectée de toute réalité économique. La proposition du Groupe PS vise à mettre fin à ces pratiques en limitant à 30% du salaire les rémunérations variables des chefs d’entreprises et prévoit que ces bonus soient conditionnés à la réalisation d’objectifs de responsabilisation sociale et environnementale (soutien aux produits financiers éthiques, formation, recherche et développement…).

La proposition prévoit également d’interdire tout bonus lorsque l’entreprise procède simultanément à un licenciement collectif.

Le député socialiste déplore que, dans le débat d’aujourd’hui, le principe même de procéder à des auditions ait été rejeté par la majorité MR/N-VA : « suite aux déclarations successives de membres du MR disant vouloir réglementer les bonus, nous nous attendions à un peu de soutien de la part des libéraux sur cette proposition… il n’en fut rien ! Les libéraux trouvent normal de limiter le salaire de tous les travailleurs avec le saut d’index, mais refusent de limiter les bonus exorbitants de certains top managers ! »

Pour le Groupe PS, cette vision illustre une fois encore le credo « fort avec les faibles et faible avec les forts » décliné par gouvernement Michel depuis sa mise en place.