Laaouej: « Il faut contrer les licenciements boursiers comme le fait Caterpillar! »

  • -

Le PS veut contrer les licenciements boursiers

Quand on lit le rapport annuel 2015 de Caterpillar, le doute n’est guère permis. Les licenciements à Gosselies sont avant tout des licenciements boursiers, justifiés par la nécessité d’accroître la rémunération des actionnaires. Alors que ses ventes et ses bénéfices ne cessent de se dégrader depuis quatre ans, le groupe n’a pas raboté le dividende qu’il verse à ses actionnaires. Que du contraire, il l’a même augmenté. Et pas un petit peu : + 65 % en quatre ans.

Dans un rapport annuel où il est beaucoup question de restructurations, le CEO du groupe est fier d’expliquer que le dividende augmente depuis 22 années consécutives. Bref, les travailleurs sont les seuls à trinquer. Les actionnaires, eux, peuvent se frotter les mains. Chez Axa, on peut également constater que le dividende par action a progressé de 60 % entre 2011 et 2015 alors que le résultat net n’a lui progressé « que » de 30 %.

Cette actualité amène aujourd’hui le député PS Ahmed Laaouej à ressortir des cartons une proposition de loi visant à lutter contre les licenciements boursiers.

L’objectif de ce texte déjà examiné par le Sénat en 2010 ?

Rendre plus coûteux les licenciements boursiers afin de dissuader les entreprises d’y recourir. Elle prévoit que « tout employeur qui procède à un licenciement collectif, alors que les actionnaires de l’entreprise se voient octroyer un dividende au cours de l’année qui suit, verse à chaque travailleur licencié une indemnité égale à la rémunération brute de six mois, et ce, sans préjudice des autres indemnités prévues par la loi » . « Il faut rendre coûteuse cette vision étriquée et court-termiste de l’économie où seuls la maximalisation du profit et les intérêts des actionnaires comptent » , explique Ahmed Laaouej.

La proposition de loi vise aussi à contraindre les entreprises à rembourser les aides publiques dont elles ont pu bénéficier au cours des cinq derniers exercices comptables précédant le licenciement collectif. Cette dernière disposition est similaire à une proposition de loi déposée en 2012 par le député fédéral écolo Georges Gilkinet. Il a, lui aussi, annoncé qu’il allait demander son traitement en urgence dès la séance plénière du 15 septembre.

J.-F. M.
LE SOIR – Mardi 06/09/2016