Ahmed Laaouej sur le shift fiscal: « mais où va ce gouvernement? « 

  • -

Le déplacement de la fiscalité des revenus du travail vers les revenus du capital, le « shift » fiscal : apparemment tout le monde le souhaite, majorité comme opposition, mais les choses ne sont pas si simples. Les déclarations parfois contradictoires ont fusé au cours de ces dernières semaines, et à Mise au Point, le MR présent dans la majorité a eu du mal à indiquer quand ce « shift » se ferait. Pour Denis Ducarme, ce n’est pas un tabou, le gouvernement fédéral en débattra « en temps et en heure, mais ce n’est pas le moment ».

L’OCDE recommande à la Belgique un « shift » fiscal: un transfert de la taxation des revenus du travail vers d’autres sources de revenus comme les plus-values et la fortune.

Le MR s’est dit ouvert à la discussion sur une taxation et puis a finalement semblé faire un pas en arrière. La N-VA a fait le chemin inverse.

Un « shift » fiscal: oui, mais plus tard

La majorité est venue s’expliquer sur le plateau de Mise au Point par la voix de Denis Ducarme (MR) qui réaffirme la volonté du gouvernement Michel de rééquilibrer le poids de l’impôt en direction d’une fiscalité sur la fortune.

Sur la façon de réaliser ce « shift » fiscal, le député MR reste vague : il interviendra quand le temps viendra, dit-il. « Nous avons déjà amorcé ce ‘shift’ fiscal, mais au-delà de cette première démarche, nous voulons à terme produire la réforme fiscale qui va alléger la fiscalité sur le travail dont ce pays a besoin ».

Quand ? « Cela viendra en son temps, dans le cadre d’une discussion avec l’ensemble du conseil des ministres, le moment venu, quand nous serons prêts. (…) Nous ne nous laisserons pas dicter un agenda par qui que ce soit, l’opposition ou l’OCDE » qui a récemment invité la Belgique à prendre une telle mesure.

Une telle réponse fait réagir l’opposition représentée notamment par Ahmed Laaouej (PS) qui dit qu’on ne voit plus très bien où va le gouvernement Michel, décidé à réaliser le « shift » « sous la pression de la rue » et de l’opposition, puis faisant marche arrière « sous la pression de la N-VA » : « On ne s’y retrouve plus dans la position du gouvernement ». Le député socialiste demande donc un peu de clarté et la concrétisation du petit espoir entrevu dans l’accord de gouvernement de fiscalité plus juste sur les revenus du capital, disparu dans la note du ministre des Finances Johan Van Overtveldt (N-VA).

« Incroyable et démagogique » de la part du MR, juge pour sa part le député PTB Marco Van Hees qui rappelle le montant payé en impôts par Marc Coucke sur la plus-value générée par la vente d’Omega Pharma pour un milliard et demi d’euros : 240 euros.

Dessine moi un « shift »

Ahmed Laaouej précise le plan du PS pour la taxation sur la plus-value : trois taux en fonction de la plus-value et une consolidation de l’ensemble des revenus avant de taxer.

L’obsession du MR: conforter les entreprises pour créer de l’emploi

Seul contre quatre, Denis Ducarme tente de mettre les choses au point et de défendre le bulletin de la nouvelle majorité qui n’est là que depuis un mois.

Le député MR rappelle qu’il n’y aura qu’un seul saut d’index, unique, nécessaire pour conserver les emplois et « minime » par rapport aux mesures prises par le gouvernement wallon (PS-cdH, ndlr), dit-il.

Il affirme aussi que la taxe sur les opérations financières va être doublée par le gouvernement Michel, annonce la loi sur la transparence et, en conclusion, assure que le « shift » fiscal se fera bel et bien : « Notre obsession, c’est de conforter nos entreprises pour créer de l’emploi. Il n’y a pas de brouillard (sur le shift fiscal), c’est écrit noir sur blanc dans l’accord de gouvernement « , a répondu Denis Ducarme, dénonçant une « intox » des partis d’opposition.